J'ai aussi essayé World Of Warcraft... Juste pour voir si c'est si addictif que ça. Et je me suis bien ennuyé. Jamais je ne m'abonnerais à ce jeu. C'est chiant et cher ! Je préfère Sacred, tiens !

Donc oui, je m'y suis mis, et le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne suis pas déçu. J'ai d'abord été surpris par la maniabilité du héros, et j'ai compris pourquoi les screenshots que j'avais vu se ressemblait tous un peu. C'est vrai que je n'ai pas du tout été attiré par ceux-ci. Seuls les avis ont orienté mon choix. Donc, oui, le jeu se jeu à la troisième personne, ce que je n'aime pas, d'ordinaire. Ici, la caméra est très originale, puisqu'elle se situe juste que mètres derrière le héros, à hauteur de son épaule droite. Le personnage est donc toujours sur la gauche de l'écran. On peut rotater la caméra, mais le point d'accroche est toujours à droite du personnage, c'est un peu bizarre au début. Et puis, la caméra manque de recul, on aimerait avoir une meilleure vue d'ensemble. On a un peu l'impression d'être colé au mur, par moment. Mais on s'y fait, et ça rajoute de l'immersibilité...

Techniquement, ça décoiffe. Je joue en HD, et j'ai toujours 60 fps. Le jeu est très bien programmé. Surtout, les finitions sont excellentes ! Il faut voir le héros utiliser le HUD, s'asseoir pour changer d'équipement, etc... J'aime beaucoup cette impression d'oublier qu'on est devant un ordinateur. Il n'y a quasiment aucun temps de chargement aussi. Ca change de Painkiller, où je devais attendre plus d'une minute à chaque fois que je reprenais une sauvegarde (!).

Le héros Alors graphiquement, ce n'est pas merveilleux non plus. C'est sombre, c'est beaucoup de couloirs, les textures sont jolies, mais sans plus, mais ça bouge suffisamment vite et bien pour qu'on oublie ce petit défaut. Surtout, c'est l'ambiance sonore le point fort du jeu. Des bruits qui font peur, des grincements métalliques, des bruits industriels, des chucotement, souintements, la musique qui s'emballe subitement... C'est la meilleure ambiance que j'ai vue dans un jeu, et ça j'adore. A l'arrivée dans une nouvelle pièce, il faut voir la lumière s'éteindre subitement en même temps que résonnent des cuivres. On s'attend au pire. A raison ? C'est ce qu'il faut chercher. En tout cas, on est dans l'ambiance, et c'est le but recherché par le jeu.

L'interface du jeu (HUD) ne s'affiche pas à l'écran. Non, au contraire, elle est projetée devant les yeux d'Isaac (c'est le nom du héros). C'est un hologramme qui est donc projeté un metre devant, et autour duquel on peut faire bouger la caméra. De la même façon, utiliser l'inventaire, la carte, les documents récupérés ou les objectifs de la mission peut être fait tout en se déplaçant, ou ... en se faisant déchiqueter ! Seul le menu système, permettant de quitter le jeu, agit comme une pause.

Je voulais un survival horror, mais est-ce que c'en est un ? Eh bien en fait, pas tant que ça. Si le jeu est très immersif, fait sursauter et déclenche des pics d'adrénaline, il ne fait pas réellement peur, au sens où il fout la trouille. J'avoue avoir plus eu les choquottes en découvrant la démo de Silent Hill 4. Certainement parce qu'ici, on reste en terrain plus où moins connu, alors que dans Silent Hill, tout peut arriver... C'est plus un shoot à la Doom 3. D'ailleurs, on pense beaucoup à ce dernier en jouant. C'est même son principal défaut. L'ambiance "in space", les couloirs, mais aussi le scénario renvoient au hit de Id Software. Seul les contrôles, la vue et l'équipement le font se démarquer. Mais je n'ai jamais vraiment aimé Doom 3. Tout le temps pareil, alors que Dead Space réussit à me captiver.

Dead Space sur wikipedia